DataCity, ou comment la Ville de Paris met la Data au service des citoyens

La durabilité et l’ergonomie sont aujourd’hui deux conditions majeures pour rendre la ville intelligente “vivable” et au service de ses citoyens. C’est avec cette conviction que la Ville de Paris, en partenariat avec NUMA, a créé DataCity. Ce programme réunit des startups et des grands groupes autour des grands enjeux de la ville, avec la volonté d’y apporter des solutions concrètes en exploitant au mieux les jeux de données de plus en plus nombreux.

A l’occasion du Demo Day, la Ville de Paris a présenté 11 solutions aux enjeux liés à la mobilité, l’énergie et l’espace public, qui ont vu le jour sous cette quatrième édition de DataCity.

La data ou le moteur d’une mobilité à plusieurs vitesses

Paris connaît aujourd’hui un bourgeonnement de solutions de mobilités douces et/ou partagées. Cependant, du fait de leur vitesse de croissance, ces solutions sont rapidement devenues une source d'irritants. Des trottinettes encombrant les trottoirs aux temps d’attente aux carrefours, en passant par l’engorgement du centre ville et la saleté des voitures partagées, les solutions à ces problèmes présentées au Demo Day ont su séduire par leur ingéniosité.

La plus récente des polémiques touchant aux mobilités douces concerne sans doute les véhicules dits en “Free-floating” dont le plus illustre exemple reste la trottinette électrique. En croisant les données d’utilisation de ces moyens de transport avec la carte de la ville de Paris, Engie, Wintics et Axway proposent une solution au parcage irrégulier en proposant des alternatives moins gênantes pour les piétons et les automobilistes, et ce, sans concession sur la disponibilité des véhicules.Ces mesures seront mises en place pour début juillet 2019.

Une approche similaire a été adoptée par Sopra-Stéria, Axway et ParkingMap pour identifier les 9 000 places de parking libres des résidence gérées par Paris Habitat. Ces parkings, à la frontière de la petite couronne ont vocation à encourager le transport multimodal : les automobilistes désirant se rendre dans la capitale pouvant garer leurs voitures dans ces parkings via un application et continuer le reste de leur trajet en transport en commun par exemple. Un bon moyen d’éviter les bouchons parisiens, mais pas les interminables temps d’attentes pour traverser les carrefours.

Heureusement, Cyclope.ai a la problématique à l’oeil. Epaulée par Léonard, Lacroix Grp. et Evesa, cette start-up analyse les images remontées par les caméras de circulation dans les carrefours et identifie les piétons en attente sur les trottoirs, les vélos et les trottinettes sur la chaussée ainsi que les voitures à l’arrêt aux feux. Ces données sont alors utilisées par un algorithme qui régule la signalisation de sorte à minimiser le temps d’attente des usagers.

Des villes plus dynamiques avec moins d’énergie

Les voitures électriques sont probablement les meilleures alternatives aux voitures à moteur thermique, elles restent cependant moins ergonomiques du fait de la faible densité des bornes de recharge dans les villes, et donc moins attrayantes pour les professionnels.

Dans la volonté d’aider ces derniers à franchir le pas, Wintics, épaulée par Total, Enedis, Leonard et Sopra-Steria, a adopté une approche se basant sur de la cartographie des réseaux électriques. Ces données ont été croisées avec celles de la densité et de la fréquence de passages des véhicules professionnels dans la ville, afin d’identifier les lieux les plus pertinents pour l’installation des bornes de recharge.

L’habitat Parisien, autre secteur hautement énergivore du fait d’une mauvaise isolation thermique d’une partie de son parc immobilier, est également en ligne de mire. En croisant les données foncières des bâtiments (année de construction, taille …) et le type d’énergie utilisée (gaz, fioul …) avec les données sociologiques, URBS avec l’appui de Total, CPCU, GRDF et ENEDIS, arrive à prioriser les bâtiments qui bénéficieraient le plus d’une rénovation.

Des espaces de stockage aux espaces publics

A quoi bon avoir des mobilités douces si on ne peut pas les utiliser à cause de tous les chantiers dans la ville?

Deux projets de cette édition du Demo Day tentent d’y répondre. Le premier vise à mieux identifier les collaborations possibles et proposer les planifications de chantiers les plus pertinentes aux différents concessionnaires, à partir des données géographiques, des données de faisabilité technique ainsi que celles des nuisances possibles des interventions.

Le second projet vise, quant à lui à centraliser les informations relatives à l’avancement des travaux et à les mettre à disposition des parisiens au fil de l’eau, de manière automatique sur application mobile. Ces deux initiatives contribueront à améliorer l’expériences des millions de touristes attendus cette année à Paris.

L’office du Tourisme de Paris a commandé à MFG Labs, APUR et Mastercard, un outil de recommandations personnalisées de parcours touristiques alternatifs hors des sentiers battus. Ces parcours s’adaptent à chaque utilisateur en fonction de ses disponibilités, de sa position et des plages horaires des fréquentations des monuments emblématiques de la ville. Cette solution contribuera non seulement à décongestionner les centres touristiques mais aussi à ranimer le commerce local.

De beaux succès mais encore des challenges à relever

La ville de Paris, grâce au programme DataCity, a gagné son premier pari, celui de proposer des solutions concrètes à des problèmes existants en valorisant la donnée. Les pilotes menés jusqu'ici dans certains arrondissements ont faire leurs preuves. La mise à l'échelle de ces solutions les confrontera à des réalités plus complexes, et permettra à une plus grande population d’en profiter. Cette généralisation servira aussi à alimenter et affiner les modèles de prédiction pour palier aux grands enjeux à venir. DataCity a prouvé encore une fois le potentiel quasi infini de l’exploitation et la valorisation de la donnée. 

La donnée est donc vertueuse en tant que moyen, peu importe le domaine d’application, mais force est de rappeler que la donnée n’est en aucun cas une finalité et qu’il est facile de se leurrer à produire de la donnée pour l’amour de la donnée.

 

Yacine Rahai

Consultant

yacine.rahai@veolia.com