Les Fabriques de Territoire, au cœur de l’innovation territoriale

En juin 2019, le Conseil National des Tiers-lieux, tout récemment créé, s'installe à Pantin. À peine un mois plus tard, le 11 juillet, le Ministère de la cohésion des territoires lance l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) “Fabriques de Territoire”. Ce plan, doté de 110 millions d’euros sur trois ans, a pour objectif de créer ou de consolider 300 Fabriques de Territoire. La priorité est donnée aux zones rurales et aux quartiers prioritaires : les Fabriques de Territoire ont vocation à contribuer à résorber la fracture territoriale et numérique. Comment un tiers-lieu fonctionne-t-il ? Comment peut-il contribuer au développement d’un territoire ? Quels ingrédients pour créer un tiers-lieu à succès sur votre territoire ?

 

Les tiers-lieux : un même esprit, des formes multiples 

La notion de tiers-lieu n’est pas nouvelle : elle est apparue pour la première fois en 1989, sous la plume du sociologue américain Ray Oldenburg dans l’ouvrage The Great Good Place. Ce chercheur définit un tiers-lieu comme un lieu de sociabilité fréquenté quotidiennement par ses utilisateurs, distinct de leur domicile ou de leur bureau, et qui leur procure un fort sentiment d’appartenance. Aujourd’hui, les tiers-lieux regroupent des lieux aux formats et aux usages multiples : coworkings, fablabs, living labs, makerspaces, maisons de services publics, micro-folies, jardins partagés, ressourceries, garages solidaires… 

 

Quels effets un tiers-lieu produit-il sur le territoire ? 

Avec 1800 espaces dénombrés en France, dont 46% en-dehors des métropoles, les tiers-lieux s’affirment comme des équipements structurants du territoire : 

  • Accélérer l’innovation territoriale : les tiers-lieux contribuent au développement économique et à trouver des solutions innovantes répondant à des problématiques des usagers du territoire, notamment en s’appuyant sur des mécanismes de co-construction et d’intelligence collective. Le Konk Ar Lab, le fablab de la Baie de Concarneau, a par exemple mis en place une carte collaborative des projets liés à la transition écologique sur son territoire. Il a également créé le Océan’Lab, qui propose de fabriquer ses propres outils pour comprendre in situ les grands enjeux liés à l’océan. Une bonne façon de promouvoir des comportements responsables pour le littoral. 
  • Lutter contre la fracture numérique : 77% des tiers-lieux proposent un accès à des imprimantes, photocopieurs et/ou scanners. 42% d’entre eux mettent des ordinateurs à disposition de leurs usagers. Les tiers-lieux mettent ces outils au service de tous, dans une logique de partage de compétences, de savoirs et de savoir-faire, entre utilisateurs ou avec la médiation des animateurs. Ils offrent souvent un accès au très haut débit, ce qui ouvre de nouveaux services et opportunités aux habitants du territoire.
  • Recréer le lien social : par nature, les tiers-lieux sont des espaces de collaboration. Ils permettent à des usagers venus d’horizons divers de se côtoyer et de développer des projets en commun. Dans les territoires ruraux, ils constituent une opportunité de redynamiser l’économie locale tout renforçant le lien social. 

 

Quels ingrédients pour assurer la réussite d’un tiers-lieu ?

En territoire rural, le marché étant plus restreint, les risques économiques pour les tiers-lieux sont plus grands que dans les métropoles. Les opérateurs privés sont donc souvent réticents à investir seuls. Autre contrainte : les profils d’utilisateurs étant très variés, ces tiers-lieux doivent répondre à des usages très différents pour ne pas exclure certains usagers. C’est pourquoi un partenariat réunissant les collectivités, des acteurs associatifs et des entreprises semble nécessaire pour co-construire et fédérer autour d’un nouveau lieu qui a vocation à soutenir l’économie de proximité et offrir un espace de vivre-ensemble. Plus généralement, la mise en place des Fabriques de Territoire prévoit un accompagnement à la professionnalisation des animateurs, notamment avec une mise en réseau au niveau national. L’objectif ? Monter en compétences et partager des retours d’expérience. C’est aussi une façon d'assurer la diffusion de bonnes pratiques qui peuvent ensuite être adaptées dans d’autres territoires. 

 

Une opportunité pour les petites villes et les villes moyennes

Le phénomène d’émergence et de développement des tiers-lieux touche l’ensemble du territoire. C’est le signe d’une transformation majeure du rapport au travail. À l’heure actuelle, les utilisateurs de tiers-lieux sont encore essentiellement des entrepreneurs. 90% d’entre eux sont des professionnels indépendants à la recherche d’un collectif de travail et d’un espace mutualisé. Pour les petites villes et les villes moyennes, les tiers-lieux constituent ainsi de nouveaux arguments d’attractivité pour attirer des populations actives et jeunes. Ces travailleurs nomades ou télé-travailleurs souhaitent quitter les métropoles pour trouver une meilleure qualité de vie. C’est justement ce que les villes moyennes et petites villes peuvent leur apporter… à condition de leur garantir un accès à des équipements collaboratifs, bien connectés et dynamiques. Ces actifs connectés constituent également un levier pour revitaliser des centres-villes en relocalisant le travail souvent parti en périphérie.